La créativité n’est pas qu’une affaire d’artistes

La créativité est une des compétences attendues de nos jours et dans le futur. On l’attribue souvent aux métiers artistiques tels que graphiste, designer, etc. Mais elle nous est aussi nécessaire au quotidien dès que nous affrontons un problème pour lequel il n’existe pas de solution toute faite. Ainsi, moi, j’ai passé ma vie professionnelle à créer des ateliers pour répondre aux besoins des gens en matière de projet de vie. J’adore aussi mettre au point des Powerpoint ou des vidéos pour des présentations plus claires et plus funs ! Cela aussi, c’est être créative.

La créativité est le fruit d'une longue maturation
La créativité est une affaire d’illumination, mais pas que…

 

La créativité, c’est donc la capacité à produire une réponse, à la fois nouvelle et adaptée aux contraintes dans un contexte donné. Cela peut concerner une idée, un comportement, un produit ou encore une méthode. Au cours du processus créatif, la solution s’impose souvent petit à petit. Ou, au contraire, vient à l’esprit comme une illumination. C’est l’eurêka d’Archimède. Mais cet éclair de génie résulte d’une maturation beaucoup plus longue qu’il n’y paraît ! Voyez plutôt…

Beaucoup de préparation

Graham WALLAS est le premier à analyser cette réflexion en 1926. Et son modèle reste, aujourd’hui encore, une référence. Il décrit en fait un processus linéaire en 4 étapes de base.

  1. La préparation consiste à  poser clairement le problème. Que celui-ci s’impose à nous par les circonstances ou que nous nous posions volontairement la question. Nous devons alors rassembler les données déjà disponibles. Pas question en effet de faire émerger des solutions  de nulle part. Il faut souvent s’appuyer sur des solutions préexistantes, combinées entre elles par association d’idées. C’est pourquoi le niveau de connaissance est capital pour alimenter le processus créatif. Dites-vous bien qu’au moment où la pomme est tombée sur la tête de NEWTON, il connaissait déjà les mathématiques, notamment la géométrie euclidienne, l’algèbre et les coordonnées cartésiennes. Finalement, la formulation par NEWTON du concept de gravité est le résultat de plus de 20 ans d’apprentissage. Pour mieux y parvenir, mettez en place une veille documentaire dans le domaine qui vous intéresse. Voyagez et rendez-vous régulièrement dans les salons professionnels pour vous tenir au courant de ce qui se fait. Lisez des ouvrages traitant du sujet. N’hésitez pas à produire des idées en quantité grâce à des brainstormings si vous avez la chance d’être entouré. Vous pouvez aussi recourir au questionnement systématique avec des méthode comme la méthode QQOQCP. EINSTEIN  disait : « Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerais cinquante-cinq minutes à définir le problème et seulement cinq minutes à trouver la solution ». 
  2. L’incubation, terme emprunté au domaine médical, désigne le travail latent et souvent inconscient qui aboutit à la fameuse « illumination ». C’est une pause délibérée où vous mettez de côté le problème. Vous dirigez alors vos pensées dans une autre direction, en travaillant sur un autre sujet ou en faisant du sport ou en sortant avec des amis. Chacun sa méthode ! Personnellement, j’abandonne ce que je fais pour me lancer dans une autre tâche ou, mieux encore, je vais marcher. Rien de tel qu’une marche d’une heure pour me remettre les neurones en place et me permettre d’entrevoir des solutions que je ne soupçonnais même pas. C’est sans doute l’étape la plus délicate car la réflexion peut vagabonder des heures durant sans résultat. Pour canaliser efficacement votre esprit, surtout dans le domaine technique, vous pouvez employer, entre autres, les principes d’innovation de TRIZ ou  Théorie de Résolution des Problèmes Inventifs. Très pratique pour générer des solutions astucieuses et facilement réalisables, empruntées à d’autres domaines, qui n’ont pas encore été appliquées au problème particulier qui vous préoccupe.
  3. La troisième étape est celle de l’illumination : une idée jaillit. Rappelez-vous que sa qualité dépend toujours de la qualité de vos connaissances. L’illumination étant une phase brève, il faut saisir les idées à l’instant où elles arrivent. Il faut les accueillir avec bienveillance, même les plus farfelues, sans se mettre de limite. Une idée naît souvent imparfaite, il faut vous y faire.
  4. L’ultime étape du processus est la vérification. Certaines idées ne sont pas réalisables et doivent être éliminées, d’autres méritent d’être étudiées de plus près. Puis vous en choisirez quelques-unes qui constitueront des réponses possibles. Relisez le problème de départ pour être bien sûr d’y répondre. Soyez concret et factuel en examinant vos idées de façon critique.

D’autres chercheurs se sont employés à affiner le concept. Ainsi, pour BARRON, dans les années 50, une idée créative est une idée « rare » et « appropriée » (entendez par là faisable ou utile). Avec son compère HARRINGTON, il relie plutôt la créativité à la personnalité, à la motivation et à l’environnement socioculturel. Les traits communs à tous les créateurs seraient, entre autres, leur préférence pour la complexité et l’ambiguïté, leur grande tolérance pour le désordre, leur indépendance d’esprit ou encore leur volonté de prendre des risques. Et surtout, les esprits les plus créatifs conjugueraient des modes de pensée contradictoires : cognitif et émotionnel, réfléchi et spontané. Cela leur permettrait de valoriser des atouts très différents.

Comment développer votre propre créativité

Toutefois, si la créativité ne peut pas être créée directement, elle peut être cultivée. Voici quelques pistes à explorer pour booster la vôtre.

Ne vous contentez pas de consommer des informations, interagissez avec elles. Luttez avec les idées, lancez des ponts entre vos expériences.

Pour activer votre subconscient, rappelez-vous les trois B de la créativité : banquette, bain, bus (bed, bath, bus en anglais). La banquette invite à la sieste et au rêve. C’est là que vous mettrez en route votre subconscient. Le bain vous permet de vous relaxer et de laisser votre esprit vagabonder. Si la pensée intense précède souvent la créativité, de nouvelles idées ont tendance à naître quand le corps est relâché et l’esprit détendu. Le bus vous entraîne à voyager, à échapper à votre routine. Explorez des idées bizarres. Rencontrez de nouvelles personnes. Écoutez les conversations et faites-vous des amis dans différents domaines. Apprendre des gens de tous âges est amusant et enrichissant.

Superposez différentes vitesses d’information. Modérez la nature rapide et rapide d’internet et des actualités par la nature lente des livres. Si les livres nous donnent les bases de nouvelles idées, les tweets ou les articles courts ouvrent de nouvelles voies inattendues à l’exploration intellectuelle.

Et vous, comment exercez-vous votre créativité ?

(Visited 81 times, 1 visits today)
Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *