Entraînez votre attention avec les dingbats

Parmi mes stratégies d’apprentissage j’accorde une grande place à la veille documentaire. Je suis abonnée à divers blogs, newsletters, etc. C’est ainsi que je viens de découvrir les « dingbats » sur l’excellentissime blog de Denis CRISTOL, « Apprendre autrement« .

Les dingbats ou rébus graphiques
Un dingbat propose une énigme à partir de lettres et même d’images

Indispensable attention

Outre son aspect ludique, le concept m’attire par sa capacité à développer notre attention. Or quand on apprend, l’attention, c’est-à-dire le fait de se concentrer, constitue une compétence indispensable. Elle permet entre autres de :

  •             Se mobiliser longtemps sur une tâche ;
  •             Mener plus aisément deux tâches en parallèle ;
  •             Réagir rapidement et avec moins d’erreurs ;
  •             Mémoriser plus efficacement.

Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg !

Les dingbats, plus qu’un jeu

Mais revenons au dingbat. Ce mot vient de l’anglais ding («sonner») et bat («bâton»). Il désigne une sorte de rébus graphique composé en général de lettres et de symboles – parfois de dessins. Le but consiste alors à deviner une expression.

Si vous aimez les jeux de l’esprit comme moi (vous avez peut-être essayé l’alphagramme), vous serez séduit. Il vous suffit d’observer de près les détails, les formes analogiques, les variations graphiques et de couleurs, la place dans l’espace pour en trouver le sens caché.

La typographie joue aussi son rôle. Une police romaine comme le Times peut exprimer un certain classicisme. Alors qu’une police Sans Serif telle qu’Arial renforce l’idée de langage scientifique, d’objectivité mais aussi de froideur. Les caractères gras symbolisent le pouvoir et l’énergie, les maigres la faiblesse et la douceur, les italiques le dynamisme et le déséquilibre. Des majuscules sont synonymes de de puissance, de sécurité, d’ordre établi.

Cette énigme graphique redonnerait souplesse et agilité à la pensée, en combinant pensée visuelle et pensée logique. Le dingbat participerait alors d’une forme de facilitation attentionnelle prévenant la chute de l’attention et les distractions Et tout cela en s’amusant, alors pourquoi se priver ?

Pour vous entraîner…

Plusieurs sites en proposent aujourd’hui. Voici un exemple tiré du Caméléon qui en contient  1716 !  Ainsi, « GAEAUZ » signifie « De l’eau dans le gaz ».  Vous pouvez aussi vous lancer dans plus difficile encore avec les « dingbats de la mort« . Il existe même une appli, « Entre les lignes« , à télécharger sur votre portable. Elle vous permettra d’exercer votre attention pendant les transports en commun.

Alors lancez-vous et partagez dans les commentaires vos meilleurs dingbats. Prenez garde cependant : on devient vite addict !

(Visited 116 times, 2 visits today)
Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *