En savoir plus sur le microlearning

En savoir plus sur le microlearning
Le microlearning, un mode d’apprentissage multisupports

 

Souvenez-vous ! Dans « Le bourgeois gentilhomme » de MOLIÈRE, Monsieur Jourdain fait de la prose sans le savoir. De votre côté, vous utilisez régulièrement le microlearning mais vous l’ignorez ! Il est donc temps d’en savoir plus sur la question !

Un apprentissage interactif

C’est un module d’apprentissage, ludique et interactif, présentant un savoir ou un savoir-faire en un temps très court (entre 3 et 5 minutes). On parle aussi de capsule ou de grain de formation… Ainsi qui d’entre nous n’a pas consulté un tutoriel d’informatique ou de bricolage sur YouTube par exemple ? Ou n’a pas décidé d’apprendre une langue avec Duolingo gratuit !) ?

Voici donc la nouvelle tendance en formation, à distinguer du “macro-learning” (entendez les MOOCs ou les webconférences par exemple). On l’associe souvent au « mobile learning » ou formation à partir de votre téléphone portable. Et oui : beaucoup d’anglicismes dans le vocabulaire des nouvelles formations !

Quel intérêt me direz-vous ? Une nouvelle mode de plus dans le monde déjà très complexe du « blended learning » (encore un anglicisme !) ? Pour mémoire, le « blended learning » consiste en un apprentissage mixte utilisant conjointement le e-learning (formation en ligne) et l’apprentissage classique en présentiel.

Pas tout fait ! Avec le microlearning, vous gagnez en autonomie. Vous consultez librement vos grains de formation quand vous êtes disponibles, à votre rythme. Rien ne vous empêche alors de revenir sur une notion mal assimilée ou de sauter un thème que vous connaissez déjà. Vous vous concentrez sur un seul élément de connaissance que vous pouvez immédiatement mettre en application.

Des avantages indéniables

Vous pouvez y accéder sur n’importe quel support, smartphone ou tablette, avec ou sans connexion. En outre, le microlearning emploie à la fois le son, la vidéo, les quizz, les QCM ou encore les « serious games » (traduisez « jeux sérieux) pour vous inciter à interagir. Vous ne vous asseyez plus passivement derrière votre ordinateur. Vous interagissez avec celui-ci de façon dynamique.

Une méthode issue des neurosciences

Si le microlearning séduit parce qu’adapté à notre monde moderne hyper-connecté et à notre besoin de nous informer en temps réel, il repose aussi sur les apports des neurosciences de l’éducation. Ainsi les travaux de Burrhus Frederic SKINNER dans les années 1950 avaient déjà mis en évidence quelques grandes conditions d’un apprentissage efficace. La personne doit être active dans la construction de ses connaissances. Les niveaux de difficultés sont découpés finement pour ne pas décourager les plus faibles. La progression est graduelle. Chaque apprenant a un rythme d’apprentissage qui lui est propre et qu’on doit respecter. SKINNER prévoyait cependant une progression parfaitement linéaire de la formation.

C’est un autre psychologue comportementaliste américain, Nicholas CROWDER qui a introduit dans les années 60 la notion d’organisation des savoirs en parcours adaptés à la progression et aux besoins de celui qui apprend.

Alors le microlearning, une panacée ?

Alors le microlearning est-il bon pour tout et pour tous ? Sachant que l’attention d’un adulte chute de 80% au bout de 10 minutes, la méthode paraît pertinente. Mais on ne peut pas former sur n’importe quel sujet dans un temps aussi court. cette méthode doit être réservée à la formation opérationnelle sur un sujet précis et clairement défini. C’est le cas notamment des didacticiels destinés à la prise en main d’un logiciel. Lors de l’apprentissage d’un langage, le microlearning sera plutôt utilisé pour l’acquisition du vocabulaire ou de de la grammaire.

Certes, le microlearning vous donne rapidement accès à des formations à la demande. Mais tout ne s’y prête pas, tout ne peut pas être synthétisé et simplifié à outrance. Certaines notions demandent du temps et une réflexion, une maturation en profondeur. En outre, le microlearning implique toujours des pré-requis, acquis au préalable par expérience ou lors de formations précédentes.

Maintenant que vous en savez plus sur le microlearning, voyez-le donc non pas comme une fin en soi mais plutôt comme une composante d’un apprentissage plus global tout au long de votre vie.

(Visited 27 times, 1 visits today)
Partagez !

Une réflexion sur « En savoir plus sur le microlearning »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.