L’estime de soi : une force à cultiver

Si vous faites partie des personnes qui hésitent à se lancer dans une nouvelle formation, peut-être souffrez-vous d’une mauvaise estime de vous-même. Une faible estime de soi constitue un frein puissant à l’apprentissage. Elle vous conduit à penser que vous n’êtres pas capable, pas digne d’apprendre ni de vous améliorer. La question mérite donc d’être posée.

Une bonne estime de soi aide à mieux apprendre
Ne vous laissez pas envahir par les pensées négatives. Développez une bonne estime de vous !

Qu’est-ce que l’estime de soi ?

L’estime de soi repose sur notre façon de nous voir, ce que nous croyons être, ce que nous nous estimons capables de faire, comment nous pensons que les autres nous voient, quel rôle nous estimons jouer… Elle est associée à l’image que nous avons de nous-même. Cette image est basée sur ce que nous croyons de nous. Nous pouvons la vérifier en faisant une liste de toutes les qualités et défauts que nous nous attribuons. Une personne avec une pauvre image d’elle-même aura de la difficulté à se trouver des qualités. Elle se déprécie facilement, contrairement à celle qui en a une bonne !

L’estime de soi, elle, se situe au niveau du ressenti. C’est la réponse à la question : « Comment est-ce que je me sens avec l’image que j’ai de moi ? » Mais nous n’avons pas toujours conscience de cette image. La description que nous nous en faisons consciemment est toujours incomplète et partiellement déformée. Nous la percevons le plus souvent sous forme d’émotions et d’impressions subjectives que nous vivons ou subissons différemment selon notre caractère et notre vécu.

Cette image est pourtant essentielle à la construction de notre estime de nous-même. Celle-ci, totalement subjective, dépend de notre interprétation et nous renvoie au jugement global, positif ou négatif, que nous ressentons à notre égard. Elle suppose une conscience de nos forces, de nos difficultés et de nos limites personnelles. Ces attitudes et ces croyances nous aident à faire face au monde, à avoir confiance en nous et en nos capacités. Elles dépendent de divers paramètres : notre environnent, notre éducation, notre personnalité, nos capacités physiques et intellectuelles, etc…

Estime de soi et confiance en soi

Attention à ne pas confondre néanmoins estime de soi et confiance en soi.

L’estime de soi est la valeur globale que vous accordez à vous-même : « Qu’est-ce que je vaux ? Qu’est-ce que je mérite ? », quel que soit ce que nous sommes ou ce que nous faisons. Cette valeur intérieure change très peu avec le temps ou nos actions.

La confiance en soi est liée à nos compétences, à ce que nous maîtrisons ou pas. Elle se rattache toujours à un domaine en particulier. Par exemple, si vous avez une jolie voix, vous pouvez être confiant en vos talents de chanteur. Mais, par ailleurs, vous êtes désordonné. Du coup, vous ne vous fiez pas trop à vos capacités d’organisateur.

Bref, l’estime de soi est liée à notre valeur intrinsèque (qualités ou défauts perçus en nous, croyances sur nous-même…). De son côté, la confiance en soi est liée à notre valeur extrinsèque (habiletés, retour des autres…).

L’échelle de Rosenberg

L’estime de soi se construit durant notre enfance et évolue tout au long de notre vie en fonction de nos réussites et de nos échecs mais aussi des objectifs que nous nous fixons. Plus nous réussissons, plus notre estime augmente… à condition que nos prétentions ne soient pas trop élevées car des objectifs trop élevés ou irréalistes entraînent des situations d’échec répétées qui diminuent l’estime de soi !

Une faible estime de soi crée un mal-être et des difficultés relationnelles. Si nous avons une mauvaise estime de nous-mêmes, nous ne nous trouvons jamais assez bien, jamais à la hauteur et nous en souffrons généralement. Au contraire, une estime élevée peut induire des comportements souvent mal perçus par notre entourage qui nous jugent alors hautains et trop sûrs de nous. Au pire, une estime de soi très haute peut nous conduire à des conduites à risque parce que nous nous pensons à l’abri de tout.

Finalement, une « bonne » estime de soi correspond à une estime de soi ni trop faible ni trop élevée, un juste milieu entre vantardise et dépréciation qui favorise l’épanouissement et le bien être personnels. Pour savoir où en est la vôtre, vous pouvez d’ailleurs vous amuser à réaliser le test de l’échelle d’estime de soi de Rosenberg (pour passer le test en ligne, allez en bas de l’article).

Savoir où vous en êtes exactement dans ce domaine est essentiel pour envisager et surtout mettre en oeuvre vos projets, savoir vous vendre. Il n’y a pas de projet sans désir d’agir et il n’y a pas de désir d’agir sans image ni estime positive de soi.

Améliorer son estime de soi

Dès lors, comment entretenir une bonne estime de soi ou la revaloriser si nécessaire ?

Commencez déjà par mieux vous connaître pour mieux vous apprécier : un bilan de compétences, par exemple, vous donnera l’occasion de lister toutes vos expériences réussies, bien plus nombreuses que vous ne le pensez souvent. Si vous en avez l’occasion, faites-vous aider par un conseil en image ou tout autre professionnel qui vous encouragera et vous coachera. Cela ne fait pas tout mais vous reboostera à coup sûr !

Vous pouvez aussi utiliser la politique des petits pas en vous lançant des défis modestes au départ. Ou vous pouvez redécouper vos objectifs en sous-objectifs plus simples à remplir. Au fur et à mesure que vous les atteindrez, vous mesurerez votre évolution et vos progrès et reprendrez confiance.

Soyez bienveillant à votre égard. Traitez-vous avec gentillesse, tolérance, générosité et compassion. Après tout, on n’est jamais si bien servi que par soi-même !

Acceptez vos imperfections. Vous avez vos défauts, vos limitations, vos faiblesses. Qui n’en a pas ? Lâchez prise et appréciez-vous comme vous êtes. Parle-vous de manière positive et agréable : « Je me sens apprécié et spécial quand… », « Je suis une personne digne et capable lorsque… ». Ainsi, vous vous recentrez sur vos points forts et  vos succès au lieu de ressasser vos échecs. De cette façon, vous n’êtes plus dépendant de l’approbation des autres, ni de leur reconnaissance. 

Et vous, par où allez-vous commencer pour améliorer votre estime de vous-même ?

(Visited 156 times, 1 visits today)
Partagez !

3 réflexions sur « L’estime de soi : une force à cultiver »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.