Comment apprendre : l’exemple de la visioconférence

Nous sommes souvent obligés de monter en compétences rapidement, surtout en moment. Nous devons apprendre une nouvelle technique pour rester dans le coup ou nous adapter au monde qui nous entoure. Comment apprendre dans ce cas et vite de préférence ? Je vous conseille alors de mixer les stratégies d’apprentissage. Pour mieux comprendre, prenons l’exemple de la visioconférence. 

mixer les apprentissages pour apprendre
La visioconférence, une bonne occasion de mixer les apprentissages

Beaucoup d’entre nous, moi la première, sommes confrontés à la visioconférence, ce nouveau moyen de communication. Il existait déjà certes, mais pas à cette échelle. Et beaucoup ont dû s’y mettre en catastrophe.

Mixer les stratégies d’apprentissage ou comment apprendre

C’est un bon exemple, je trouve, des stratégies d’apprentissage que nous devons alors mobiliser pour répondre au plus vite à l’urgence de la situation. Et je dis bien « des » et non de « la ». En effet, j’ai toujours préféré mélanger les méthodes (aujourd’hui on appelle cela le « blended »). Déjà, quand je travaillais comme formatrice de FLE (Français Langue Etrangère) ou d’alphabétisation, je préférais utiliser des exercices de plusieurs méthodes connues. Ainsi, je parvenais à  mieux mobiliser tous les sens des gens (auditif, kinesthésique,…) et tous les moyens à la disposition des élèves (apprentissage par les pairs,…). Je me suis toujours appuyée en grande partie sur la taxonomie de Bloom pour renforcer et stabiliser les connaissances.

Voici donc comment j’ai procédé pour me former à la visioconférence en moins d’une semaine. Mais le processus peut être employé pour toutes sortes d’apprentissages, notamment quand il s’agit de savoir-faire.

Première étape : déterminer un objectif (SMART de préférence) à l’aide de la méthode QQQOCP. Cela donne dans l’exemple qui nous occupe : « je souhaite me former gratuitement à Skype en trois jours maximum pour pouvoir échanger à distance pendant le confinement avec au moins 10 autres bénévoles de mes associations et les personnes que j’accompagne ainsi que mes proches « . Pourquoi Skype ? Parce que c’est celui que j’avais en tête au moment où j’ai pris cette décision et qui était déjà installé sur mon ordinateur. Toutefois, je l’avais très peu utilisé. Entre temps, j’ai découvert qu’il y en avait bien d’autres que j’ai aussi utilisés du coup. Mais je vous en parlerai plu loin.

Deuxième étape, en ce qui me concerne en tous cas, chercher de l’information sur le sujet. J’ai besoin en effet de connaître un peu mon sujet avant de me lancer et d’acquérir des connaissances théoriques. Je suis plutôt une visuelle ! Il me faut donc « voir » le problème avant de le résoudre. Il y a plusieurs manières de faire. J’aime aller en bibliothèque compulser un ou deux manuels. Pas question en l’occurrence ! Je me suis donc contentée d’une recherche Google avec des sites comme L’internaute dont j’ai déjà pu apprécier le sérieux. You Tube regorge aussi  de tutoriels en tous genres sur le sujet. J’ai également interrogé dans mes relations ceux qui utilisaient ce logiciel. On appelle cela « l’apprentissage par les pairs ».

Une démarche qui doit rester personnelle

Troisième étape : mettre en oeuvre ce que j’avais appris à travers mon enquête. Certains préféreront placer cette étape en deuxième position et apprendre en marchant, si j’ose dire. Pour quoi pas ! Votre démarche doit vous correspondre et respecter vos propres processus d’apprentissage. Cela exige de bien se connaître. C’est peut-être d’ailleurs le moment d’en apprendre plus sur vous dans ce domaine. Alors comment mettre en oeuvre ? Tout simplement en vous exerçant avec un ou deux proches (famille, amis), de préférence un peu expérimentés, et commencer à maîtriser les différentes fonctionnalité de l’outil. Vérifier la caméra et le micro, vous entraîner à passer un appel et à y répondre, inviter des gens, manipuler les différents boutons, écrire des messages sur le tchat, allumer/éteindre micro et caméra pendant le conversation, etc., etc.

Quatrième étape : pratiquer, pratiquer et encore pratiquer. J’ai proposé une réunion Skype dès que cela a été possible dans un cadre associatif. Lancez-vous très vite. Vous pouvez même discuter avec vos amis sous cette forme alors qu’elle n’est pas indispensable. L’idée est d’acquérir suffisamment de fluidité pour utiliser Skype comme vous utiliseriez votre téléphone. Et si parfois, vous faites une mauvaise manipulation, ce n’est pas grave ! On apprend aussi de ses erreurs.

Etendre ses connaissances par analogie

Cinquième étape : étendre ses connaissances à d’autres plateformes du même genre. Je me suis vite rendu compte qu’elles fonctionnaient grosso modo sur le même modèle ! On appelle cela l’analogie. L’image est plus ou moins nette ou le tchat n’est pas au même endroit, certes. Mais, finalement, le principe reste le même. Regardez des webinaires sur des sujets qui vous intéressent, par exemple. Ils passent souvent par des plateformes très semblables à Skype : Teams (plus professionnel), Zoom (gratuit pendant 40 minutes), Whatsapp (sur mobile surtout mais avec 4 personnes seulement) ou encore les open sources (les logiciels libres) comme Jitsi ou Suricate TV. Bref, l’offre ne manque pas et vous trouverez plein de comparatifs sur la toile. Vous trouverez certainement celle qui vous correspond. Vous verrez que dès que vous maîtriserez une solution, vous aurez très envie de jeter un coup d’oeil aux autres.

Sixième et dernière étape : se mettre à former les autres. Plusieurs de mes relations m’entendant parler de visioconférence ou souhaitant assister à des réunions sans trop savoir comment faire m’ont demandé de leur montrer. Me voilà donc propulsée au rang de formatrice en visioconférence ! Je rends service tout en approfondissant mes propres compétences et en découvrant toujours plus d’aspects du logiciel.

Vous l’aurez compris, la visioconférence est un excellent moyen de développer une stratégie d’apprentissage mixte Et vous comment apprenez-vous ? Le savez-vous vraiment ? Si oui, expliquez-le moi dans les commentaires. J’aime découvrir de nouvelles stratégies ou savoir ce qui marche pour les autres.

(Visited 122 times, 1 visits today)
Partagez !

3 réflexions sur « Comment apprendre : l’exemple de la visioconférence »

  1. Superbe article sur comment apprendre !
    Que pensez-vous de l’apprentissage grâce à un mentor ? Pour ma part je trouve que cette méthode est la plus efficace car le progrès se fait très rapidement à condition bien sûr d´appliquer ce qui est appris dès qu’on le peut.

    1. Merci Vincent ! Je suis contente de voir que vous appréciez mon article.
      Le mentorat est aussi une bonne solution, voire le mentorat inversé, quand un junior accompagne un senior. Il me semble toutefois que cela s’inscrit plus sur la durée, pour des choses plus complexes.
      C’est pour cette raison que je n’en ai pas parlé ici. Mais j’envisage bientôt un article sur le sujet.
      En tous cas quand on trouve un bon mentor, c’est en effet extrêmement efficace. On en revient toutefois, comme vous l’indiquez vous-même, au fait que le secret réside ensuite dans la pratique.
      Belle journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *