Les blocs de compétences : comment se former par étapes

Vous pouvez souhaitez vous reconvertir et acquérir des compétences dans votre futur secteur d’activité ? Vous souhaitez monter votre entreprise ? Ou encore vous avez besoin de renforcer votre expertise  pour être plus efficace ? Suivre un cursus complet demande un temps que vous n’avez peut-être pas, surtout si vous travaillez. Les blocs de compétences peuvent alors vous apporter la solution.

Construire sa fomation bloc de compétences par bloc de compétences
Construire son diplôme brique par brique

Continuer la lecture de « Les blocs de compétences : comment se former par étapes »

Le passeport formation de Pôle Emploi : un outil utile à tous

Savez-vous que Pôle emploi met à votre disposition un « passeport formation » ? Pas besoin d’être inscrit comme demandeur d’emploi pour y avoir accès. Tout un chacun peut le télécharger, le remplir et le sauvegarder sur son ordinateur. Il s’avérera fort utile pour réfléchir à la formation qui vous convient, quelle que soit votre situation.

Le passeport formation à télécharger
Un « Passeport Orientation Formation » qui vous aidera à faire le point sur vos besoins en formation

Continuer la lecture de « Le passeport formation de Pôle Emploi : un outil utile à tous »

Mieux mémoriser grâce à la technique Feynman

Qui dit formation, dit souvent apprendre et retenir tout un tas de notions plus ou moins théoriques. Vous n’aimiez déjà pas trop cela à l’école. Mais si vous en avez quitté les bancs il y a longtemps, c’est encore plus difficile. Et c’est là que la technique Feynman entre en jeu.

La technique Feyman pour mieux mémoriser
Expliquer un processus complexe de sorte que même un enfant puisse le comprendre

 

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Cette technique a été développée par Richard P. Feynman, brillant physicien et lauréat du prix Nobel, aussi connu pour sa technique d’apprentissage dont la puissance et l’efficacité résident dans la capacité à expliquer simplement les choses.

Continuer la lecture de « Mieux mémoriser grâce à la technique Feynman »

Les réseaux au service de l’intelligence connective

Déjà entendu parlé d’intelligence connective ? Si ce n’est pas le cas, vous êtes au bon endroit pour en apprendre un peu plus. Et qui sait, révéler ou développer la vôtre !

se connecter pour développer son intelligence
Embrassez l’intelligence connective

 

Le concept d’« intelligence connective » a été théorisé il y a plus de 20 ans par le sociologue Derrick de KERCKHOVE. Celui-ci la relie directement au potentiel offert par les nouvelles technologies qui envahissent aujourd’hui la réalité.

L’intelligence connective ou la capacité à combiner la diversité

Plus près de nous, une consultante américaine en management, Erica DHAWAN, a développé ce nouveau modèle. Selon elle, il désigne la capacité à relier les idées, les talents et les ressources grâce au digital afin de résoudre des problèmes, innover, optimiser des processus ou encore saisir des opportunités. C’est l’aptitude à combiner la diversité des individus, des réseaux, des disciplines du monde entier en forgeant des connexions créatrices de valeurs, de sens et de progrès.

Pour faire plus simple, il s’agit d’échanger, de dialoguer, de se forger un esprit critique en utilisant la technologie. A la différence de « l’intelligence relationnelle » qui élabore le savoir via le contact réel.

Des compétences particulières

Les personnes particulièrement douées pour cela présentent cinq points communs appelés les « 5 C » :

  1. la curiosité qui nous pousse à nous poser des questions pour voir les choses sous un autre angle ;
  2. l’aptitude à combiner idées et ressources pour imaginer de nouvelles façons de penser;
  3. l’esprit communautaire (entendez : la volonté de travailler à plusieurs);
  4. le courage d’affronter l’incertitude et de sortir de sa zone de confort;
  5. la combustion, c’est-à-dire la capacité à envisager un projet sous forme d’une étincelle mobilisant différentes personnes. Vous générez alors une « pollinisation croisée » des idées, si vous me pardonner la métaphore agricole.

Certes, il y a toujours eu des individus capables de progresser en combinant personnes, idées et informations. Un des plus emblématiques dans ce domaine est certainement Léonard de VINCI, considéré comme le parrain de l’intelligence connective. Mais ce talent n’est pas réservé à quelques uns.

Alors, comment  établir vous aussi des connexions intelligentes et porteuses de valeurs ?

Comment exercer votre intelligence connective en pratique ?

Cultivez tout d’abord l’art de questionner. Quel est le problème et en quoi suis-je concerné ? En quoi les autres le sont­-ils ? Quels sont les enjeux pour le futur ? Qu’est ce que nous n’avons pas ? Que ne savons nous pas ?

Pour apprendre à vous poser les bonnes questions, initiez-vous par exemple à la  questiologie en vous abonnant  à la newsletter de Frédéric FALISSE, un expert en la matière.

Ensuite, soyez vrai. L’authenticité inspire l’ouverture et la sincérité chez autrui.  Elle encourage les autres à être tout aussi ouverts et authentiques que vous. Elle vous aide à les fédérer autour de votre vision.

L’authenticité s’oppose à la tendance des individus à cacher certains traits de leur personnalité afin de s’intégrer à un groupe. Or, si vous n’exprimez pas librement votre identité, vous n’utilisez que 50 % de vos capacités intellectuelles, de votre attention et de votre motivation.

Au final, en étant authentique, vous donnez aux gens l’envie de se connecter et de partager leur matière grise avec vous.

Etre soi-même permet de décrypter les émotions de chacun et de mieux se connaître au sein de l’entreprise. Vous facilitez ainsi les rapprochements malgré les différences.

Un plan d’action est bienvenu

Définissez des objectifs clairs et précis, les raisons pour lesquelles vous voulez les atteindre et ce qui vous manque en l’occurrence. Mettez en place un plan d’action en commençant par examiner vos réseaux pour savoir qui peut vous aider dans votre projet. Privilégiez les gens engagés dans la résolution de  problèmes similaires ou ceux qui affichent une ou plusieurs des 5C.

Examinez vos forces et vos axes d’amélioration. Entourez-vous de personnes qui vous complètent, qui compensent vos faiblesses. Repérez les penseurs, les facilitateurs, les mobilisateurs. Adaptez-vous en fonction de l’avancée de votre projet, des écueils rencontrés.

En résumé : ouvrez-vous à de nouvelles personnes et à de nouvelles idées. Etablissez des connexions créatrices de valeurs et tirez parti de ce qui a été fait avant. Nous ne sommes pas si loin de la notion de sérendipité, cette capacité à reconnaître et à exploiter les opportunités offertes par un concours heureux ou malheureux de circonstances.

N’attendez plus ! Connectez-vous, associez vos connaissances et votre inspiration avec celle des autres! Utilisez et développez votre réseau en proposant vos idées. Vous progresserez plus vite grâce à cet échange et n’en serez que plus efficace.

 

 

La zététique ou l’art du doute

Je vous ai déjà parlé de pensée critique, un concept essentiel en formation. En effet, nous devons pouvoir nous fier aux apprentissages qui nous sont proposés en présentiel ou sur internet. Comment nous assurer que le cours d’anglais ou le Mooc en ligne que nous avons repéré ou qu’on nous a recommandé est sérieux et pertinent ? Eh bien, en doutant ! En pratiquant la zététique ou l’art du doute !

Doute et zététique
Trompe-l’oeil : où est le vrai ? Où est le faux ?

Continuer la lecture de « La zététique ou l’art du doute »

Utilisez l’effet Zeigarnik pour mieux apprendre

J’aborde souvent les différentes manières de (mieux) apprendre dans ce blog. Et pour cause ! Je ne résiste pas cette fois à partager avec vous ma dernière découverte, l’effet Zeigarnik.

effet Zeigarnik : on retient mieux une tâche inachevée
On mémorise mieux ce qui n’est pas achevé selon Bluma ZEIGARNIK

 

Selon la psychologue américaine, Bluma ZEIGARNIK, quand nous commençons une activité, nous gardons en mémoire les données indispensables pour la terminer. Une tâche interrompue continue ainsi à mobiliser notre cerveau jusqu’à ce qu’elle soit bouclée !

Une étude célèbre

Dans une étude célèbre, Bluma ZEIGARNIK confie une vingtaine d’activités à réaliser à un groupe d’enfants. Elle suspend certaines de ces tâches. Le lendemain, elle constate que les enfants se souviennent davantage des activités qu’elle a interrompues.

Continuer la lecture de « Utilisez l’effet Zeigarnik pour mieux apprendre »

Automatisez votre veille documentaire

Se former c’est bien. Mais maintenir son niveau de connaissances et de culture générale est tout aussi important. Une veille documentaire est alors essentielle pour rester informé. Certes, aujourd’hui, nous sommes plutôt sur-informés mais quantité ne rime pas forcément avec qualité ni avec pertinence.

Pourtant, la veille documentaire reste un excellent moyen de monter en compétence et de développer de nouvelles expertises. En outre, plus notre niveau de connaissance augmente, plus nous comprenons les choses en profondeur.

Optimiser sa veille documentaire
Flux RSS, newsletters,… : l’information est partout

 

Vous allez m’objecter que vous manquez de temps pour cela. Mais il s’agit plutôt d’un manque de méthode souvent. Et peu à peu, vous passez à côté d’informations essentielles dans votre domaine.

Alors pour mettre en place une veille documentaire efficace et rapide, mieux vaut l’automatiser.

Continuer la lecture de « Automatisez votre veille documentaire »

Apprendre autrement : ce que j’apprends en ce moment

Au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué, je suis une fan d’apprentissage tout au long de la vie. Pour moi, tout est occasion de me former, de découvrir, de progresser. J’apprends de tout, tout le temps. Quitte à apprendre autrement, hors des sentiers battus.

J’ai bien sûr souvent recours aux MOOCs. Je m’y forme en histoire ou en anglais ou encore en psychologie et en communication. Je reste aussi en veille sur des sujets qui m’intéressent. Je me forme alors au gré des opportunités. C’est mon côté « sérendipitrice » !

Apprendre par d'autres moyens
Apprendre par la traduction ou la généalogie

Continuer la lecture de « Apprendre autrement : ce que j’apprends en ce moment »

10 biais cognitifs dont il faut vous méfier

Quand nous formons, surtout en autodidacte, nous devons nous méfier de nous-mêmes ! Nous sommes en effet sujets à certains raisonnements qui émoussent notre sens critique. On les appelle les »biais cognitifs« . En voici 10 qu’il vaut mieux éviter si vous souhaitez apprendre sans vous faire manipuler !

 

Une réalité déformée par nos biais cognitifs
Attention à ces biais cognitifs qui déforment notre réalité

 

Une découverte relativement récente

Un biais cognitif est une erreur de pensée inconsciente, systématique et récurrente. Ce concept est né dans les années 1970, grâce aux recherches en psychologie de Daniel KAHNEMAN (devenu ensuite prix Nobel !) et Amos TVERSKY. Ceux-ci ont étudié la façon dont nous prenons réellement nos décisions dans des situations risquées. Ils ont notamment démontré que la probabilité qu’un événement se produise est souvent estimé (mal) en fonction de la facilité avec laquelle des événements semblables nous reviennent en mémoire. C’est le biais de disponibilité qui vous conduit à vous focaliser sur une partie de l’information.

Par exemple, vous avez aimé le cours d’anglais de tel organisme de formation. Vous allez donc vous inscrire chez eux pour apprendre l’informatique. A vos risques et périls tout de même, car ce n’est peut-être pas leur spécialité ou la pédagogie ne vous sera pas adaptée. Mais votre cerveau aura privilégié les informations directement disponibles, les plus usuelles ou encore les plus récentes ou les plus chargées d’émotions. Continuer la lecture de « 10 biais cognitifs dont il faut vous méfier »

Comment apprendre : l’exemple de la visioconférence

Nous sommes souvent obligés de monter en compétences rapidement, surtout en moment. Nous devons apprendre une nouvelle technique pour rester dans le coup ou nous adapter au monde qui nous entoure. Comment apprendre dans ce cas et vite de préférence ? Je vous conseille alors de mixer les stratégies d’apprentissage. Pour mieux comprendre, prenons l’exemple de la visioconférence. 

mixer les apprentissages pour apprendre
La visioconférence, une bonne occasion de mixer les apprentissages

Continuer la lecture de « Comment apprendre : l’exemple de la visioconférence »