Bientôt tous formés en réalité virtuelle ?

La formation s’intéresse de plus en plus à la réalité virtuelle. Notamment dans ce qu’on appelle l’apprentissage immersif.

Concrètement, l’apprenant s’équipe d’un casque de réalité virtuelle et se retrouve alors dans un environnement nouveau. Il évolue selon des scénarios non linéaires dans lesquels il peut tester des solutions à l’infini. Il ne risque rien puisque rien n’est réel.

La réalité virtuelle au service des compétences douces
Des casques virtuels aux service des soft skills

 

Divers secteurs comme l’industrie, la santé, les transports recourent déjà à la réalité virtuelle pour leurs formations. Ils l’emploient pour enseigner des compétences techniques ou les simuler. Le simulateur de vol pour former les pilotes en est un exemple classique. Ou encore le simulateur de conduite des autos écoles. Bref, les usages sont multiples, du suivi des process à l’amélioration de la logistique et j’en passe.

Se former aux compétences douces en réalité virtuelle

Mais aujourd’hui, la réalité virtuelle sert aussi à former aux compétences douces, aux soft skills. Leadership, gestion du stress, maîtrise du langage corporel, toutes ces qualités sociales et émotionnelles prennent une importance croissante. Les spécialistes en technologie immersive l’ont bien compris. Et la réalité virtuelle montre qu’elle a toute sa place dans ce domaine, si on en croit une étude récente du cabinet d’audit PwC.

Il s’agissait de former au leadership inclusif cent gestionnaires basés dans 12 villes différentes des États-Unis, entre février 2019 et janvier 2020. Tous les participants suivaient la même formation sur les préjugés inconscients dans une des trois modalités d’apprentissage : salle de classe, apprentissage en ligne et apprentissage immersif sur la plateforme Copilote. Dans ce dernier cas, les apprenants menaient des conversations réalistes sur le lieu de travail avec des êtres humains virtuels. Pendant ce temps, le système mesurait leurs comportement inclusifs.

Une étude significative

Quatre conclusions sur la pertinence de la réalité virtuelle en matière de formation aux compétences douces sont à retenir. Selon PwC, les apprenants placés en réalité virtuelle étaient :

  • Quatre fois plus rapides à se former qu’en classe traditionnelle. Ce qui avait pris 2 h à être acquis en classe pouvait être assimilé en seulement 30 mn grâce à la réalité virtuelle.
  • Les apprenants en immersion se sont déclarés jusqu’à presque 3 fois plus confiants dans la mise en œuvre de ce qu’ils avaient appris, soit 40 % de plus qu’en classe et 35 % de plus qu’en apprentissage en ligne. La réalité virtuelle permet un environnement immersif faiblement stressant. L’expérience immersive ne présente aucun risque de perdre la face devant ses collègues en faisant des erreurs. On est invité à tester, expérimenter et s’améliorer jusqu’à ce qu’on soit satisfait.
  • Les employés ont déclaré être presque 4 fois plus impliqués émotionnellement que les apprenants en classe et 2,3 fois plus que les apprenants en ligne. Or, nous comprenons et nous nous souvenons bien mieux des choses quand nos émotions sont impliquées. Les 3/4 des apprenants interrogés ont déclaré qu’en réalité virtuelle, ils ont réalisé qu’ils n’étaient pas aussi inclusifs qu’ils le pensaient.
  • Enfin, les apprenants formés en réalité virtuelle étaient jusqu’à quatre fois plus concentrés pendant la formation que ceux en apprentissage en ligne et 1,5 fois plus concentrés que ceux en classe. Avec un casque de réalité virtuelle, les simulations commandent notre vision et notre attention. Il n’y a pas d’interruption ni de possibilité de faire autre chose, d’où moins de distractions.

Un mode d’apprentissage de plus en plus présent

Si, jusqu’ici, l’apprentissage immersif restait exceptionnel tant les coûts étaient importants, les choses changent. Outre son efficacité démontrée, la réalité virtuelle se révèle  souple et peut se déployer à distance. L’apprenant peut réaliser la formation au sein de son entreprise ou chez lui. Les coûts diminuent significativement d’année en année. Les technologies évoluant, les problèmes de rendus, de latence ou d’étourdissement sont pratiquement éliminés.

Avec les derniers systèmes, il est même possible de se retrouver à plusieurs dans un contenu pédagogique immersif et ce à distance.

La réalité virtuelle offre donc des avantages indéniables. On peut recevoir bien des explications et regarder bien des démonstrations mais une application pratique en contexte sera de loin plus efficace, ce que l’apprentissage immersif peut offrir.

Pour autant, il n’est pas question de se passer du présentiel mais de proposer des parcours de formations mixtes (blended learning) alliant enseignement classique en salle et enseignement à distance. Dans ce type de formule, la réalité virtuelle avec sa capacité d’immersion en situation s’avère un excellent outil complémentaire.

Et vous, avez-vous déjà tenté l’apprentissage immersif ? Dans ce cas, faites nous part de vos ressentis.

(Visited 21 times, 1 visits today)
Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *