Acquérir les compétences de demain

Aujourd’hui, il ne suffit pas d’acquérir des compétences techniques pour être (plus ou moins) sûr de trouver un emploi. Ces compétences deviennent de plus en plus rapidement obsolètes. Il faut donc sans arrêt nous former pour rester à jour et acquérir les compétences de demain.

Cela comprend les fameuses soft skills ou compétences douces. Le plus souvent acquises en dehors de la sphère scolaire ou universitaire, elles seraient une promesse de nous voir évoluer. Si nous disposons des savoir-être nécessaires à notre adaptabilité, nous sommes a priori capables de bouger facilement et de changer de poste ou de métier le moment venu. Au besoin, nous pourrons alors développer les compétences techniques (hard skills) nécessaires sur le tas.

compétences de demain
Les compétences numériques seront incontournables

Les soft skills peuvent s’avérer d’ailleurs tout aussi indispensables en dehors de l’entreprise. Comment créer du lien social, s’investir dans une activité sportive ou se former si on n’est pas un minimum empathique, débrouillard et/ou organisé ?

Toutefois, ces compétences comportementales sont loin d’être une panacée. D’abord parce qu’elles sont extrêmement difficiles à évaluer. Ensuite parce qu’elles varient selon les métiers ou les entreprises. Et enfin, à supposer qu’on en détermine certaines, comment les acquérir si on ne les possède pas ? Et peut-on les apprendre à vrai dire ? Mais ce sera l’objet de prochains articles. Pour l’instant, concentrons-nous sur les soft skills les plus attendues dans les années qui viennent.

En voici sept parmi les plus souvent citées que je vous livre en vrac !

1. Communiquer grâce au numérique

Celle-là, vous l’attendiez, je pense ! Et en ces temps de télétravail quasi forcé, elle mérite bien d’être citée en premier.

De nombreux logiciels et applications sont particulièrement pratiques pour le travail à distance. Côté des messageries instantanées, citons Hangouts sous Gmail, WhatsApp (qui permet de créer des groupes) et surtout Slack (avec ses fonctionnalités très pratiques de partage de fichiers et d’organisation par thématiques). Pour la visioconférence, Skype et FaceTime restent des valeurs sûres. Sans oublier la maîtrise des réseaux sociaux (Youtube, Twitter, Linkedin,…). Tout cela est nécessaire, bien sûr, mais pas suffisant.

Pour être au taquet, il nous faut aussi savoir rechercher, filtrer, et synthétiser les informations pertinentes. Nous devons être capable de générer nos propres contenus avec une vraie valeur ajoutée (blog, Slideshare…). Cela suppose de développer une pensée critique permettant de construire des concepts et de donner du sens. Si cela vous intéresse, consultez donc la pyramide du philosophe Koert Van MENSVOORT qui n’est pas sans rappeler la taxonomie de Bloom, déjà citée dans ce blog

2. Collaborer à distance

Dans des organisations de plus en plus éclatées où les communautés virtuelles et les réseaux sociaux prennent le pas sur le face à face, savoir coopérer à distance est indispensable. Cela exige une grande qualité relationnelle reposant sur l’écoute et sur le partage. Et surtout une bonne connaissance de nous-même… et des êtres humains en général !

Etre membre d’une équipe virtuelle implique notre capacité à travailler de façon productive, à nous montrer impliqué et présent. Cela nécessite aussi souvent de maîtriser plusieurs langues, au minimum l’anglais, et de faire preuve de sensibilité aux différences multiculturelles.

3. Etre agile et adaptable

Agilité et adaptabilité riment avec aisance à évoluer en fonction du contexte ou des événements sans nous laisser influencer, en restructurant nos croyances et modes de fonctionnement et de pensée.

Cela se caractérise par une habilité à analyser rapidement les situations ou comprendre des points de vue différents. Cela traduit également une facilité à accueillir les idées nouvelles et le doute, surmonter nos peurs face à l’inconnu, adopter de nouveaux comportements, gérer le stress, etc. 

4. Etre créatif et innover

La créativité est la capacité à apporter un regard nouveau sur des questions nouvelles par le questionnement, l’expérimentation,… Nous devons pouvoir penser et proposer des réponses au-delà de ce que nous avons appris par cœur et prendre des risques.

Enfin, nous devons faire preuve de capacité à gérer ses projets en vue de réaliser ses objectifs. Sans oublier la sérendipité, encore et toujours.

5. Avoir l’esprit d’initiative et d’entreprise

Plus que jamais, ce que nous ferons dépendra de nous. Notre aptitude à passer des idées aux actes nécessite une grande motivation. Le meilleur moteur de notre action est alors la passion. Identifiez ce qui vous passionne et orientez-vous sur les activités s’en rapprochant sera la meilleure garantie de réussir.

6. S’organiser efficacement

Le temps restera une ressource rare. Les bonnes pratiques en termes de gestion du temps et des priorités devront être maîtrisées par chacun de nous comme, par exemple, automatiser les tâches routinières grâce à différentes applications type Trello.

La bonne gestion de notre environnement de travail, qu’il soit à distance ou au bureau, physique ou virtuel, nous permettra d’être toujours plus efficace.

7. Apprendre à apprendre

Enfin, chacun d’entre nous doit renouveler ses compétences pour rester employable en développant l’auto-formation et en définissant sa stratégie d’apprentissage dans son environnement (microlearning, apprentissage par les pairs, formation classique en présentiel,…).

Et vous, quelles sont à votre avis les compétences comportementales à développer pour demain ?

(Visited 117 times, 1 visits today)
Partagez !

10 réflexions sur « Acquérir les compétences de demain »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *